Bien choisir son appareil photo numérique

Ou comment décrypter les caractéristiques techniques

En cours de rédaction

Choisir un appareil photo, c’est d’abord opter pour un concept.

On trouve aujourd’hui sur le marché une grande profusion d’appareils photos numériques, de tous types, toutes tailles et à tous les prix. Il est parfois difficile de s’y retrouver car les arguments marketing utilisés par les fabricants sont souvent très éloignés des capacités techniques, une situation accentuée par l’importante masse d’informations contenue dans les spécifications.

Par ailleurs, les fabricants n’utilisent pas les mêmes classifications. Certains estiment qu’il y a deux familles de produits : compact et reflex. D’autres considèrent qu’il y en 4 : compact, bridge, hybride et reflex, Pour d’autres encore, ce sera : avec objectif intégré ou inchangeable. Enfin, chacune de ces catégories contient des modèles entrée de gamme, expert ou professionnel,

Tout cela ne facilite pas le choix. Si l’on veut un appareil qui corresponde à nos attentes, Il faut revenir aux fondamentaux.

Parution du dossier complet vers le 10 juin
Finalisation du dossier un peu plus longue que prévue,
encore une petite semaine

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Bien choisir son appareil photo numérique

RGDP : notre politique de confidentialité

Avec l’arrivée du Règlement Général  sur la Protection des Données (RGDP), nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Vous trouverez tous les détails sur la gestion de vos données personnelles sur notre page : Politique de confidentialité

Publié dans Tous les articles | Laisser un commentaire

Portrait : les bases de l’éclairage

1- Les bases générales
2- Eclairage du portrait
3- Modification de l’aspect du visage
4- Quelques exemples et leurs commentaires

En extérieur, en intérieur ou en studio, il existe de multiples façons de faire un portrait. Sa réussite, en dehors de son coté expressif, passe par le bon rendu des volumes, ceux-ci étant constitués par l’éclairage. En lumière naturelle ou artificielle, les façons de l’utiliser sont très nombreuses mais toutes reposent sur des fondamentaux. Des bases qui constituent le point de départ de tous types de prise de vue.

1- Les bases générales

Les différentes sortes d’éclairage.

On peut classer les éclairages en trois catégories :

  1. Le primaire : Il permet de gérer les hautes lumières et a pour effet de définir les principaux contours et volumes du sujet. 
  2. Le secondaire : Il est en charge des ombres et vient toujours en appui de la lumière principale. Il ne doit surtout pas se substituer à lui, c’est à dire avoir une luminosité supérieure à cette dernière. La luminosité ambiante peut assurer cette fonction, tout dépend des conditions de prise de vue.
  3. Les additionnels : Ils sont souvent la source d’une certaine originalité. S’il y a plusieurs éléments, chacun aura alors un rôle très précis : par exemple, une lumière rasante sur une épaule. En aucun cas, ils ne doivent parasiter les deux premiers éclairages, au risque de perdre en qualité.

Eclairage principal : les diverses possibilités

L’aspect général général du sujet dépend dans une grande mesure de la direction de la lumière primaire. On dénombre 5 directions différentes.

Photo N° 1 – Les différentes possibilités d’éclairage

  1. Lumière éclairant le sujet de face : écrase le relief et donne, surtout en noir et blanc, une image plate. (Ne peut pas être un éclairage primaire – sauf pour le high key)
  2. Lumière frontale : correspond à la position soleil, lorsqu’il est au zénith, face au sujet. Elle accentue les ombres vers le bas. (Demande un éclairage secondaire)
  3. Lumière à 45° : lorsque la lumière principale éclaire le sujet un peu au dessus et à 45° par rapport à l’axe optique, on obtient un relief agréable. C’est l’éclairage primaire classique. (Il peut se suffire à lui-même)
  4. Lumière tangentielle ou de coté : souligne tous les reliefs du sujet. Les ombres s’allonge, mettant en valeur le structure de la matière. (Demande un second éclairage qui peut-être primaire ou secondaire)
  5. Lumière arrière : Selon que la lumière provient légèrement de coté ou derrière le sujet (face à l’appareil), on obtiendra un semi contre-jour ou un contre-jour. Ces éclairages donnent un violent contraste à l’image. Ils soulignent les contours, (silhouette) mais laissent dans l’ombre toutes les parties du sujet qui sont face à l’appareil. (Demande un second éclairage qui peut-être primaire ou secondaire)

Ces éléments sont des principes simples et applicables à toutes les prises de vue. Ensuite, chacun pourra décliner d’autres modèles d’éclairage notamment pour le portrait.

Continuer la lecture

Publié dans Analyse de prise de vue, Photo argentique, Photo numérique, Prises de vue | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

6 TIPA Awards 2018 pour Canon

Quatre appareils photo, un objectif et un flash Canon ont été reconnus comme étant des produits leaders de leur catégorie sur cette année. Ils ont reçu le TIPA Award 2018.

Note : le TIPA (Technical Image Press Association) est une association, qui représente 30 magazines de presse de 15 pays des 5 continents. C’est l’une des organisations les plus importantes dans le domaine de la presse photo. Chaque année, son jury se réunit afin d’échanger ses impressions sur les nouveaux équipements de prise de vues et produits autour de l’image afin de désigner les meilleurs produits.

  1. Canon EOS 200D : meilleur reflex numérique amateur
  2. Canon EOS 6D Mark II : meilleur reflex numérique plein format expert
  3. Canon EOS M50 : meilleur hybride à objectif interchangeable amateur
  4. Canon PowerShot G1X Mark III : meilleur compact professionnel
  5. Canon Speedlite 470EX-AI : meilleure innovation
  6. Canon EF 85 mm f/1,4L IS US : meilleur objectif à focale fixe pour reflex numérique

Voir tous les détails et spécifications de ces produits

Canon est indiscutablement le principal leader de l’industrie photographique. Les quatre appareils photo ont reçu l’Award TIPA sont des valeurs dont je ne peut que conseiller l’achat, notamment L’EOS 200D, un reflex destiné au grand public.

Jean-Claude

 

Publié dans Actualité, Prises de vue, Tous les articles | Laisser un commentaire

Tirages photos : Argentique ou Jet d’encre ?

Avant-propos :
Ce dossier comparatif, entre l’argentique et le jet d’encre, ne traite que des tirages réalisés par les laboratoires de façonnage. Il n’inclut pas ceux fait par des imprimantes personnelles, hauts de gamme ou grande largeur. Un comparatif entre ces diverses techniques fera l’objet d’un prochain article.

Introduction

Aujourd’hui, les photos que vous commandez à un laboratoire sont tirées, soit sur du papier argentique, soit sur du papier jet d’encre (1), deux technologies qui cohabitent sur le marché du tirage papier. Ces deux techniques, très différentes l’une de l’autre, peuvent amener à se poser quelques questions:

  1. Quel est le papier qui donne le meilleur résultat ?
  2. A quel prix ?
  3. Ce choix a-t-il diverses incidences ?

Jet d’encre ou Argentique ?

La transition du numérique débute de manière confidentielle vers 1995 avec l’arrivée des premiers appareils grand public. Vers 1999, les premières machines numériques arrivent sur le marché. Elles sont conçues sur la technologie du moment, c’est à dire le papier argentique. Année après année, la qualité de ces tirages s’améliore pour arriver à un bon niveau lorsque les premiers reflex apparaissent en 2003 (Canon 300D). Celle-ci a ensuite beaucoup évolué pour aboutir aujourd’hui à une impression de grande qualité, notamment grâce à la technologie du laser. L’argentique est considéré par beaucoup comme une référence.

La première machine de production en jet d’encre est arrivée en France en 2004. Dès le départ, La technologie a eu du mal à convaincre les professionnels et le grand public. Une situation due essentiellement à une reproduction décevante de certaines couleurs comme le vert ainsi qu’aux lignages créés par la tête d’impression. Cette mauvaise image a poursuivit ce procédé pendant des années.

  1. Mais aujourd’hui, qu’en est-il ?
  2. Les choses ont-elles réellement changées ? 
Note technique :
(1) Les papiers argentiques sont essentiellement fabriqués sous les marques Fuji et Kodak. Ils sont reconnaissables via les inscriptions suivantes : “Kodak Royal” ou “Fuji Prestige” qui se trouvent au dos de la photo. Ils sont plus épais et souvent sur papier brillant, le jet d’encre étant en semi-mat et, en principe, non marqué au dos.

Continuer la lecture

Publié dans Evolution technique, Tirage papier, Tous les articles | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Format Raw : est-ce vraiment une bonne idée ?

Note : Il n’est pas question ici de prendre parti pour l’un ou l’autre format. Chacun possède d’indéniables avantages que l’autre n’a pas. Il appartiendra au photographe de faire un choix en fonction de ses priorités (facilité, souplesse, disponibilité, qualité, définition, etc.) sachant que lors de la prise de vue, le sujet sera un élément primordial qui conditionnera ce choix.

Photographier en Raw ou en Jpeg

Aujourd’hui, en dehors des appareils numériques d’entrée de gamme, tous les modèles intègrent deux formats de fichier : le Jpeg et le Raw.

Le Jpeg est un très ancien format de fichier. Il a été créé en 1992, au tout début de la photo digitale, bien avant la révolution numérique des années 2000. Beaucoup de formats comme le Jpeg 2000 ou plus récemment le HEIF d’Apple ont essayé (ou essaye) de le supplanter.

Le Raw est le format natif du capteur, lequel est apparu, en 1980. (bien avant le Jpeg). Pendant des années, Il n’a pas été utilisé par le grand public car il n’y avait pas de logiciel pour le gérer. Aujourd’hui, tout le monde en parle, considérant souvent que c’est le négatif du numérique et que l’utiliser est absolument indispensable pour avoir des images de qualité. Le Jpeg semble donc être relégué au second rang.

Mais avez-vous essayé de réaliser une prise de vue Noir et Blanc en Raw : Pourquoi sort-elle en couleur alors que le Jpeg est en N&B ? Et ce n’est pas la seule question :

  • Le format Jpeg est-il réellement obsolète ?
  • Le Raw donne-t-il de si bon résultat ?
  • La comparaison du Raw avec le négatif argentique est-elle justifiée ?
  • Faut-il photographier en Raw, en Jpeg ou en Raw + Jpeg ?
  • Le Jpeg peut-il apporter une meilleure qualité que le Raw ?
  • Quel format apporte le plus de souplesse, lors de la prise de vue ?

En réalité, le choix d’un format, c’est un peu comme le choix d’un film en argentique, celui-ci va impacter tout le processus photographique et notamment changer le comportement du photographe à la prise de vue. Continuer la lecture

Publié dans Photo argentique, Photo numérique, Prises de vue, Tous les articles | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire