Tirages photos : Argentique ou Jet d’encre ?

Avant-propos :
Ce dossier comparatif, entre l’argentique et le jet d’encre, ne traite que des tirages réalisés par les laboratoires de façonnage. Il n’inclut pas ceux fait par des imprimantes personnelles, hauts de gamme ou grande largeur. Un comparatif entre ces diverses techniques fera l’objet d’un prochain article.

Introduction

Aujourd’hui, les photos que vous commandez à un laboratoire sont tirées, soit sur du papier argentique, soit sur du papier jet d’encre (1), deux technologies qui cohabitent sur le marché du tirage papier. Ces deux techniques, très différentes l’une de l’autre, peuvent amener à se poser quelques questions:

  1. Quel est le papier qui donne le meilleur résultat ?
  2. A quel prix ?
  3. Ce choix a-t-il diverses incidences ?

Jet d’encre ou Argentique ?

La transition du numérique débute de manière confidentielle vers 1995 avec l’arrivée des premiers appareils grand public. Vers 1999, les premières machines numériques arrivent sur le marché. Elles sont conçues sur la technologie du moment, c’est à dire le papier argentique. Année après année, la qualité de ces tirages s’améliore pour arriver à un bon niveau lorsque les premiers reflex apparaissent en 2003 (Canon 300D). Celle-ci a ensuite beaucoup évolué pour aboutir aujourd’hui à une impression de grande qualité, notamment grâce à la technologie du laser. L’argentique est considéré par beaucoup comme une référence.

La première machine de production en jet d’encre est arrivée en France en 2004. Dès le départ, La technologie a eu du mal à convaincre les professionnels et le grand public. Une situation due essentiellement à une reproduction décevante de certaines couleurs comme le vert ainsi qu’aux lignages créés par la tête d’impression. Cette mauvaise image a poursuivit ce procédé pendant des années.

  1. Mais aujourd’hui, qu’en est-il ?
  2. Les choses ont-elles réellement changées ? 
Note technique :
(1) Les papiers argentiques sont essentiellement fabriqués sous les marques Fuji et Kodak. Ils sont reconnaissables via les inscriptions suivantes : “Kodak Royal” ou “Fuji Prestige” qui se trouvent au dos de la photo. Ils sont plus épais et souvent sur papier brillant, le jet d’encre étant en semi-mat et, en principe, non marqué au dos.

Continuer la lecture

Publié dans Evolution technique, Tirage papier, Tous les articles | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Format Raw : est-ce vraiment une bonne idée ?

Note : Il n’est pas question ici de prendre parti pour l’un ou l’autre format. Chacun possède d’indéniables avantages que l’autre n’a pas. Il appartiendra au photographe de faire un choix en fonction de ses priorités (facilité, souplesse, disponibilité, qualité, définition, etc.) sachant que lors de la prise de vue, le sujet sera un élément primordial qui conditionnera ce choix.

Photographier en Raw ou en Jpeg

Aujourd’hui, en dehors des appareils numériques d’entrée de gamme, tous les modèles intègrent deux formats de fichier : le Jpeg et le Raw.

Le Jpeg est un très ancien format de fichier. Il a été créé en 1992, au tout début de la photo digitale, bien avant la révolution numérique des années 2000. Beaucoup de formats comme le Jpeg 2000 ou plus récemment le HEIF d’Apple ont essayé (ou essaye) de le supplanter.

Le Raw est le format natif du capteur, lequel est apparu, en 1980. (bien avant le Jpeg). Pendant des années, Il n’a pas été utilisé par le grand public car il n’y avait pas de logiciel pour le gérer. Aujourd’hui, tout le monde en parle, considérant souvent que c’est le négatif du numérique et que l’utiliser est absolument indispensable pour avoir des images de qualité. Le Jpeg semble donc être relégué au second rang.

Mais avez-vous essayé de réaliser une prise de vue Noir et Blanc en Raw : Pourquoi sort-elle en couleur alors que le Jpeg est en N&B ? Et ce n’est pas la seule question :

  • Le format Jpeg est-il réellement obsolète ?
  • Le Raw donne-t-il de si bon résultat ?
  • La comparaison du Raw avec le négatif argentique est-elle justifiée ?
  • Faut-il photographier en Raw, en Jpeg ou en Raw + Jpeg ?
  • Le Jpeg peut-il apporter une meilleure qualité que le Raw ?
  • Quel format apporte le plus de souplesse, lors de la prise de vue ?

En réalité, le choix d’un format, c’est un peu comme le choix d’un film en argentique, celui-ci va impacter tout le processus photographique et notamment changer le comportement du photographe à la prise de vue. Continuer la lecture

Publié dans Photo argentique, Photo numérique, Prises de vue, Tous les articles | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

De l’aquarelle au patchwork, comment respecter les couleurs ?

Introduction

Quelle partie du tableau
correspond à l’original ?

Comment photographier ses tableaux ? Une aquarelle, une peinture, une broderie ou autre patchwork, constituent un des exercices photographiques les plus difficiles : en cause la reproduction fidèle des couleurs qui, si elles ne sont pas globalement respectées, peuvent dénaturer le sujet. C’est l’inéluctable comparaison du résultat avec l’original qui met en lumière ces différences, celles-ci ne portant parfois que sur une ou deux couleurs seulement. Tout le problème est là !

Beaucoup d’éléments vont entrer en ligne de compte pour obtenir une reproduction des couleurs correctes. Mais grand public et professionnels n’auront pas le même objectif. Les premiers se contenteront d’un résultat global alors que les seconds rechercheront la précision, la reproduction parfaite. Il sera alors nécessaire d’investir dans des outils de calibration et de maîtriser tout le processus des espaces couleurs. Un thème qui ne sera pas abordé ici, celui-ci demandant à lui seul la rédaction d’un dossier complet.

Dans cet article, nous en resterons donc à la méthode globale.  Continuer la lecture

Publié dans Méthode, Photo numérique, Prises de vue, Tous les articles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Formation labo : vos premiers tirages Noir et Blanc.

Note de l’auteur :
Dans cette formation, je conseille les sociétés Ilford et Paterson C’est un point de vue tout à fait personnel, lié au fait que j’apprécie ces marques, sans plus.

Introduction

La mode est au vintage, vous êtes attirés par la photo Noir et Blanc mais vous ne trouvez aucune solution de tirage abordable chez les professionnels. Vous projetez donc d’installer chez vous un laboratoire Noir et Blanc.
Vous trouverez ici un guide très complet qui aborde tous les aspects de ce projet, de l’installation aux méthodes de travail, en laissant les grandes théories de coté.

Contenu de la formation 

  1. L’installation du laboratoire
  2. Les papiers
  3. Les produits chimiques
  4. Le développement négatif
  5. Le tirage : principes et préparation
  6. La technique du tirage N & B

 

1- L’installation du laboratoire

A- Choisir son local

Pour une utilisation tout à fait occasionnelle, beaucoup d’endroits peuvent parfaitement convenir mais si vous avez de l’espace, il est préférable d’avoir une pièce dédiée. Aucune lumière blanche ne doit pouvoir y pénétrer,  vous devez donc faire attention aux lumières parasites provenant des portes ou fenêtres. Attention aussi aux personnes qui peuvent entrer dans le labo, surtout lorsque vous chargez un film. (cela arrive plus souvent que l’on ne pense) Continuer la lecture

Publié dans Méthode, Noir & Blanc, Photo argentique, Tirage papier, Tous les articles | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Le blanc en photographie.

“En photographie, le blanc n’existe pas”

Introduction

Cette phrase n’est pas de moi, mais de Mariano Ena, un de mes professeurs de photo, qui  nous enseignait, il y a déjà pas mal d’années, les grands principes de la photographie.

Avec cette phrase, il nous expliquait que le blanc (par définition l’absence de détail) était en totale opposition avec les bases de la photographie. En effet, les zones les plus claires doivent toujours avoir des détails. 

Cette phrase est resté gravée dans mon esprit car, durant ma vie professionnelle, je me suis aperçu que les grands fabricants de papier photographique avaient une démarche à priori inverse. Kodak, Agfa, Konica ou autre grandes marques, cherchaient absolument à fabriquer des papiers dont la surface était la plus blanche possible. Dans les faits, fabriquer ce type de papier contribuait avoir des photos plus lumineuses, de meilleure qualité.

Ci-dessous, quelques exemples de photos
dont les parties claires ont été “ramenées au blanc”.

La photo originale a été placée en haut à gauche.
Celle dont le blanc a été éclairci, en bas à droite.

Le blanc en Photo numérique

J’aborde cette question ici car elle est tout à fait d’actualité. Beaucoup de photos, mises en ligne sur Instagram, Facebook ou autre site web, souffrent d’un manque de luminosité. Elles sont comme on dit “enterrées”, ce qui nuit fortement à la qualité d’affichage sur un écran.
Elles auraient un meilleur rendu si les très hautes lumières étaient les plus claires possibles.  Il est donc nécessaire de les éclaircir de manière à les amener le plus possible vers le blanc, mais attention la perte de détail produirait l’effet contraire. Il faut donc trouver la limite. Continuer la lecture

Publié dans Méthode, Photo argentique, Photo numérique, Photo pour le web, Tous les articles, Traitement numérique | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Votre photo manque d’originalité.

Introduction

En général, une photo est réussie lorsque elle exprime une certaine originalité, celle-ci étant obtenu par le sujet, la qualité de son cadrage et ses couleurs. Mais parfois, lors de conditions difficiles,  cadrage et couleurs ne sont pas au rendez-vous.

(1) Photo originale

La photo que j’ai réalisé la semaine dernière est un bon exemple. La lune était belle, très lumineuse, mais il était 7 h du matin, les conditions étaient mauvaises. Le résultat est donc très moyen. La prise de vue était intéressante, seul le rendu couleurs  ne correspondait pas à la réalité. Une petite retouche simple et rapide a permis de lui donner un peu de caractère.

Note :
Il n’est pas nécessaire de disposer des tous derniers équipements ou logiciels pour faire ce type travail. Voici les outils qui ont été utilisé :
– Un reflex Canon 350D, 8 millions de pixels datant de 2006 (mais équipé d’un 200 mm)
– Les applications Lightroom version 5.0 datant de 2013 et Photoshop 6.0 datant de 2000.
 Aujourd’hui, les Appareils d’entrée de gamme et les logiciels gratuits étant largement supérieurs à ceux que j’ai utilisé, cet exercice est donc à la portée de tous.

L’exemple

La photo ci-dessous montre un  exemple de résultat qui peut être réalisé en quelques minutes. Le principe est simple : il suffit d’accentuer une ou plusieurs couleurs déjà présentes sur la photo et de refaire un cadrage plus serré.

On peut noter que sur l’original  qui est incrusté dans le visuel ci dessous  :

  1. Le ciel est déjà bleu
  2. La lune est très légèrement orangée (mais cela ne se voit pas)
  3. Les arbres sont proches du noir.

En complément de cet article,  vous trouverez un tutoriel complet ici.

(2) Il est possible d’améliorer très rapidement une photo en travaillant uniquement sur les couleurs. 

Les outils

Pour donner  un caractère un peu irréel à cette photo, je vais donc accentuer ces couleurs,  déplacer les arbres vers le haut et refaire un cadrage. Continuer la lecture

Publié dans Photo numérique, Photo pour le web, Tous les articles, Traitement numérique | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Actualité : Apple rejette le format Jpeg

Introduction

Dans son communiqué de presse de septembre 2017, Apple annonce l’arrivée du nouveau système d’exploitation, le iOS 10. Celui-ci peut être téléchargé et installé sur de nombreux iPhone, iPad ou iPod.  Apple annonce déjà un taux de 52% de mise à jour.

 

 Avec cette évolution, il place son nouveau format de fichier, le High Efficiency Image Format (HEIF dont l’extension sera “.heic”) et le positionne en mode par défaut, reléguant au second plan le format Jpeg. Ce nouveau format est sans conteste un beau progrès technique pour la qualité et la circulation des images, mais la stratégie d’Apple pose déjà un certain nombre de problèmes. Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Tous les articles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

La profondeur de champ

 Menu :
Introduction
Comment fonctionne la profondeur de champ ?
Comment varie la profondeur de champ ?
Comment contrôler la profondeur de champ sur votre appareil ?
Influence du capteur
Le cas particulier de la macrophotographie
L’hyperfocale
Calculer une profondeur de champ précise
Un tableur sous Excel pour vous aider 


Introduction

En photographie, la  profondeur de champ (Pdc) est une zone de netteté qui se situe quelque part entre l’appareil photo et l’infini. Sa longueur peut être très faible, quelques millimètres ou très importante, plusieurs dizaines kilomètres.

C’est un élément fondamental de la prise de vue car elle donne à une photographie une grande force expressive. Elle  permet d’orienter le regard sur un détail précis d’une scène ou, au contraire, mettre en valeur toute l’étendue d’un sujet.

Comme le montre la série de photos ci-dessous, bien maîtriser cette fonction est primordial pour donner un sens à une photo. Ici les profondeurs de champ sont classées par ordre de grandeur.

*Cliquez sur les images pour les visualiser en haute résolution

Photo n°1
Ici la profondeur de champ ne mesure que quelques millimètres. Cela permet d’orienter le regard vers les gouttes d’eau situées au centre de la toile d’araignée.
Photo N°2
Sur cette photo, elle mesure quelques centimètres afin d’avoir net à la fois les pétales et le pistil de la fleur.
Photo N°3
Dans ce sous bois, elle mesure environ 1,50 mètre. De cette manière, on a un fond un peu moins flou, ce qui permet de placer le sujet dans son environnement.

Photo N°4
Ici, on a l’impression que le viaduc de Millau est parfaitement net. En fait non, un zoom sur la photo montre que seul le premier plan l’est. La profondeur de champ doit mesurer environ 10 mètres.
Photo N°5
Sur cette photo d’architecture intérieure, il était très important que l’ensemble soit parfaitement net, aussi bien l’escalier du premier plan que le fond de la salle situé à environ 30 mètres. 
Photo N°6
Dernier exemple avec cette photo classique de paysage ou la zone de netteté est très importante. Elle démarre à quelques mètres jusqu’à l’infini.

Généralement on s’intéresse à la profondeur de champ lorsqu’on veut apporter à une photo une certaine originalité via un arrière plan plus ou moins flou. Mais il est difficile de savoir quelle longueur va mesurer la profondeur de champ. Pour gérer correctement cette technique, il est nécessaire de bien comprendre son fonctionnement. Continuer la lecture

Publié dans Prises de vue, Tous les articles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Cyberattaques : comment protéger vos photos ?

Introduction

Récemment, les médias ont largement relayé les attaques de Ransonwares, ces applications qui demandent une rançon. Si les entreprises disposent de compétences informatiques de haut niveau et peuvent se sortir (parfois) de cette situation, ce n’est pas le cas du particulier qui se retrouve fort démuni face à ce type de problème.

(Sur ce sujet, le gouvernement vient de mettre en place un site de prévention et d’assistance du risque numérique)

Perdre des années de photographie, l’histoire de sa famille serait une véritable catastrophe. Une situation qui n’est même pas envisageable !

Le risque

Les cyber-attaques peuvent faire d’importants dégâts, notamment entrer dans votre réseau personnel, s’y propager et par exemple crypter toutes les données qui deviennent alors inaccessibles. Cela vaut pour tous les matériels y compris vos disques durs externes.

En conclusion, si vos sauvegardes sont stockées sur des disques durs, eux-mêmes connectés à votre réseau, vous n’êtes absolument pas protégé.

Ces problèmes de sécurité ne se limitent pas à la détérioration de vos fichiers, mais concerne aussi vos données sensibles, mot de passe des comptes google ou autres qui hébergent  Numéro de Carte de crédit. Le risque s’amplifie avec l’avènement des terminaux mobiles et le développement de la 4G qui ont transformé la façon d’utiliser Internet. La menace est bien réelle, avec pour preuve les mésaventures de certains grands groupes impactés par ces problèmes.

Se préserver de ces attaques passe par deux types d’actions :

  1. D’une manière générale, être un internaute vigilant en prenant quelques mesure très simples.  (Vous trouverez à la fin de l’article une liste de conseils sur ce qu’il faut faire et ne pas faire)
  2. Mettre en réelle sécurité ses données sensibles, l’objet de ce post.

Continuer la lecture

Publié dans Méthode, Sécurité, Tous les articles | Marqué avec , , | Laisser un commentaire