Argentique : charger correctement un film 135

Le chargement d’un film 135
peut sembler simple.

La photo argentique séduit encore beaucoup de personnes. Certaines sont expérimentées d’autres non, mais toutes sont confrontées au risque d’un mauvais chargement d’un film.

Placer un film 135 dans un appareil photo argentique semble être une opération assez simple. Ceci étant, je peux vous dire que les accidents, même s’ils ne sont pas fréquents, peuvent avoir des conséquences catastrophiques.

J’ai même connu certains professionnels, qui suite à un chargement dans l’urgence, se sont retrouvés sans aucune photo. Je vous laisse imaginer les conséquences lors d’un reportage mariage.

Il est essentiel d’être attentif au moment de placer le film dans l’appareil photo et de s’assurer, tout au long des prises de vue, que le film se déroule correctement. Il est donc nécessaire d’être vigilant sur ces divers points :

  1. Le chargement du film.
  2. Le contrôle lors des prises de vue.
  3. Lorsque le film arrive à la fin.
  4. Le rembobinage.

Le chargement

La plupart des personnes chargent un film 135 en plaçant tout d’abord la cassette dans l’appareil puis en insérant la languette dans l’axe d’armement. A mon sens, ce n’est pas la meilleure méthode, car elle ne permet pas de voir si la languette est bien placée.
Il faut donc faire le contraire. Introduire tout d’abord la languette, ce qui permet de voir si elle est bien mise, puis dérouler le film pour placer la cassette dans son logement. La languette doit être insérée à fond, de manière qu’elle apparaisse de l’autre coté de l’axe.

Placer la languette en premier, permet de voir (vue de gauche)
qu’elle ressort de son axe.

L’autre avantage de cette méthode est que la partie voilée étant moins importante, elle permet de gagner une ou deux vues supplémentaires.

Le contrôle

Une fois le boîtier refermé, il faut tendre le film avec la manivelle de rembobinage (sans forcer). Cette précaution permet de contrôler, tout au long des prises vue que le film de déroule bien. Lors le l’armement du déclencheur, il suffit de vérifier que la manivelle tourne aussi.

A la fin du film

A la fin du film, la position du levier d’armement et la force utilisée pour armer l’obturateur démultiplient la puissance de l’action, ce qui peut avoir pour effet de déchirer le film. Il n’est alors plus possible de le rembobiner. Il faut toujours avoir avec soi une boite étanche, pour placer le film qui aura été enlevé (au noir).

Lorsque le compteur arrive sur les dernières vues, il faut armer avec précaution.

Le rembobinage.

La languette ne doit jamais être rentrée dans la cassette.

Une fois le film terminer, il faut le rembobiner pour le remettre dans la cassette. Mais attention, il ne faut pas rentrer la languette.. La lumière peut s’infiltrer par la fente et voiler en partie les premières vues.

Il faut donc être à l’écoute du bruit que va faire le film en se décrochant. En cas d’incertitude, réarmer pour vérifier que la manivelle ne tourne plus, preuve que le film s’est bien décroché.

Tout cela peut paraître compliqué, mais dans la pratique, une fois les bonnes habitudes prises, cela ne pose aucun problème.

Jean-Claude


Copyright 2019
Le contenu des articles ne peut être copié et diffusé qu’à certaines conditions :
– Tout texte doit être reproduit sans aucune modification.
– Chaque page doit contenir la mention “Copyright techniquesphoto.fr” sous forme de lien renvoyant à la page source.
– Ce document ne doit pas être utilisé dans un but lucratif.
Ce contenu a été publié dans Méthode, Photo argentique, Prises de vue, Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.