Décryptage : les nouveaux Nikon b600 et a1000 

Compact b600 ou Bridge a1000 ?

Amsterdam, 17 janvier 2019 : Nikon présente deux nouveaux modèles destinés au grand public, le Compact b600* et le Bridge a1000.

Avec des prix respectifs de 359 € et de 449 €, ces deux appareils se situent en entrée de gamme et s’adressent plus particulièrement à toutes les personnes souhaitant photographier simplement ou sans trop de contraintes techniques.

Il faut noter qu’un bridge est un appareil compact auquel on a ajouté un viseur électronique, c’est ce qui constitue leur principale différence.

Lire le post : bien choisir un appareil numérique

Nikon compact b600 et bridge a1000

Les nouveaux Nikon compact b600 et bridge a1000

Coté look, les apparences sont un peu trompeuses :

  1. Le Nikon b600 est un compact mais ressemble plutôt à un bridge.
  2. Le Nikon a1000, beaucoup plus petit, a l’air d’un compact.

*Attention, ne confondez pas le b600 avec son frère le p600 sorti en 2014
(même design), toujours en vente et pas forcement moins cher !

Quelles différences entre ces deux modèles ?

Le Capteur
Les deux appareils embarquent le même type de capteur soit un CMOS 1/ 2.3 pouces générant environ 16 millions de pixels. Ce sont pratiquement les plus petits du marché et donc les moins performants notamment sur la profondeur de champ (gestion du flou pour les plans situés derrière les sujets).

 

Objectif
La puissance du zoom est la première grande différence entre ces deux modèles et paradoxalement, c’est le compact b600 qui a le zoom le plus performant :

  1.  Nikon b600 : 24-1440 mm* f/3,3-6,5 (zoom 60x)
  2. Nikon a1000 : 24-840 mm* f/ 3,4-6,9 (zoom 35x)

*équivalence 24×36

Lire le post : la profondeur de champ

Les plages de mises au point sont identiques : grand angle : 50 cm à l’infini – macro  à 1 cm  – téléobjectif : 2 m à l’infini.

Nikon Bridge a1000 zoom 28 – 840 mm
(équivalence 135)

Le mode « réduction de vibrations » (par décentrement) est également identique sur les deux appareils. Le système permet de corriger en partie le phénomène de bougé, lors de l’utilisation du téléobjectif. Il détecte les mouvements anormaux, horizontaux et verticaux, et autorise des vitesses d’obturation trois fois inférieures à celles  normalement utilisées.

Commentaires
Toutes ces informations appellent des commentaires et j’aimerais attirer votre attention sur deux points.

1 -Au-delà d’une focale de 800 mm, le zoom devient de plus en plus sensible aux vibrations, celles-ci pouvant donc générer un flou. Pour éviter ce problème, Il faut soit utiliser le mode « réduction de vibrations », soit augmenter la vitesse, ce qui en fait revient au même.
2- Les valeurs d’ouverture des téléobjectifs sont très faibles (f/6.3 et f/6.9). Cela signifie qu’en faible luminosité, il ne sera pas toujours possible d’augmenter cette vitesse sans dégrader la qualité de la photo.

Lire le post : influence de la focale sur le vitesse.

Sous bois

Réalisée avec un Fuji X100
1/60ème – f/2,8 – Iso 800

Prenons un exemple.
Le réglage de cette photo est de 1/60ème à f/2.8 (Iso 800). Pour faire cette même photo, au téléobjectif et avec une ouverture à f/6,9, il faudra une vitesse de 1/15ème . Réaliser cette photo à main levée est alors impossible. Le trépied est nécessaire.

Contrairement à ce que l’on peut penser, les modes réduction des vibrations ne régleront totalement pas ce problème car elles ne permettent de compenser que 3 vitesses. Dans notre exemple, il faudrait au minimum une compensation de 5 EV pour pouvoir photographier un sujet en mouvement.

La valeur d’ouverture va donc limiter très fortement les possibilités d’utilisation des téléobjectifs, surtout celui du compact (1440 mm). Impossible de faire des photos animalières en sous bois, des photos de sport dans un gymnase. Les photos de F1 demanderont un très grand soleil.

Autofocus & mise au point manuelle
L’ AF est identique pour les deux APN et fonctionne par détection de contraste avec, entre
autres, une priorité visage et le suivi du sujet. La mise au point manuelle est beaucoup plus précise sur le a1000, le b600 ne disposant que des plans de netteté pré programmés à des distances précises.

Ecrans du Nikon b600 et a1000

Nikon a600 (gauche) et a1000 (droite)
La forme du Nikon a600 peut laisser penser qu’il possède un viseur.

Le système de visée
La seconde grande différence est le système de visée, et sur ce point le bridge prend nettement l’avantage. Les écrans sont de même dimension, mais celui du a1000 est tactile et a une meilleure résolution (1036 k pixels au lieu de 931). De plus, le compact ne possède pas de viseur électronique, ce qui est un réel handicap pour les prises de vue au soleil. Les deux écrans sont orientables

Ecran orientable du Nikon a1000

Ecran orientable du Nikon a1000

Tailles et formats de fichier
La taille des fichiers est identique 4608 x 3456 pixels, soit un ratio 4/3. C’est largement suffisant, quelles que soient les destinations : Ecran, web, tirage papier jusqu’au 30×40 cm.
Coté format, en plus de Jpeg, le a1000 bénéficie du format Raw. Rappelons que ce format permet de revenir sur les conditions de prises de vue via un logiciel adapté (fourni par Nikon). Cette option n’intéressera que les personnes souhaitant s’investir un peu plus dans la retouche.

Sensibilité
Le réglage de sensibilité du capteur est identique pour les deux appareils, soit jusqu’à 6400 Iso. A noter que cette fonction permet de photographier en faible luminosité.

Mesure et contrôle exposition
Ce point constitue la troisième différence entre les deux modèles.
Le b600 possède un mode d’exposition entièrement automatique et pré programmé grâce aux modes scènes. Il n’est donc pas possible d’accéder aux réglages de base comme le propose le a1000
Le bridge propose l’ensemble des modes d’exposition, semblables à ceux que l’on trouve sur les appareils de moyenne gamme :

  1. Automatique et program
  2. Priorité vitesse et ouverture
  3. Manuel
  4. Scènes (note 2)

Les deux appareils proposent les 3 mesures d’exposition classiques, c’est-à-dire Matricielle, Pondérée centrale et Spot. La différence se situe dans le mode d’utilisation :

  1. Totalement automatique sur le compact : celui-ci adapte le mode de mesure en fonction de la valeur de zoom.
  2. Il est entièrement paramétrable sur le Bridge a1000.
Note 2: les scènes prennent en compte les spécificités de chaque sujet comme : la lune, les oiseaux, les contre-jours, les feux d’artifice, les musées, etc.

Lire le post : quels mode de prise vue choisir ?

Vidéo
Alors que le compact b600 propose une résolution classique de 1080 pixels, le bridge a1000 fait beaucoup mieux avec la 4K ultra HD et 2160 pixels.

Connexion
WI-FI et Bluetooth sur les deux appareils. Ces connexions permettent, au moyen de l’application SnapBridge, de transférer des images ou de réaliser des prises vue à distance.

Le b600 est beaucoup plus  volumineux que le a1000 en raison de son super zoom de 258 mm (équivalence  135 : 1440 mm)

Dimensions, poids et  autonomie
Le b600 est beaucoup plus lourd et volumineux :

  • b600 : 121,6 x 81,5 x 99,2 mm et 500 g – autonomie 280 photos
  • a1000 : 114,2 x 71,7 x 40,5 mm et 330 g – autonomie 250 photos

Conclusion et avis personnel

Réglage totalement automatique et zoom ultra puissant pour le b600,
Viseur électronique et entièrement paramétrable pour a1000

Le compact b600 est un modèle d’entrée de gamme, destiné aux débutants, notamment ceux qui ne veulent aucune contrainte technique. Le b600 ne possède pas de viseur, pas d’écran tactile et offre une vidéo de moindre qualité mais propose un zoom très puissant.  Les autres caractéristiques sont très proches du a1000.  

Le Bridge a1000 est un modèle de moyenne gamme,  plus petit que le b600, Avec son viseur électronique, ses possibilités de réglage, son format Raw, il a toutes les caractéristiques d’un grand. La puissance du zoom est plus petite, mais largement suffisante, son point faible reste sa luminosité.

Mais choisir un appareil avec un super zoom est-il judicieux ?  Celui-ci à un impact important sur les dimensions et le poids du b600, alors que sa performance à 1440 mm est assez limitée. La question se pose et nécessite une réflexion. 

Bien que coûtant 90 € de plus, le Bridge a1000  est pour moi un meilleur choix car sa conception est cohérente. Il permettra à l’utilisateur de disposer de pratiquement toutes les fonctions de base afin de photographier sans restriction technique.

Jean-Claude


Copyright 2019
Le contenu des articles ne peut être copié et diffusé qu’à certaines conditions :
– Tout texte doit être reproduit sans aucune modification.
– Chaque page doit contenir la mention “Copyright techniquesphoto.fr” sous forme de lien renvoyant à la page source.
– Ce document ne doit pas être utilisé dans un but lucratif.
Ce contenu a été publié dans Actualité, Décryptage matériels, Matériel, Nouveautés 2019, Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.