De l’aquarelle au patchwork, comment respecter les couleurs ?

Introduction

Quelle est le bon rendu couleurs

Quelle partie du tableau
correspond à l’original ?

Comment photographier ses tableaux ? Une aquarelle, une peinture, une broderie ou autre patchwork, constituent un des exercices photographiques les plus difficiles : en cause la reproduction fidèle des couleurs qui, si elles ne sont pas globalement respectées, peuvent dénaturer le sujet. C’est l’inéluctable comparaison du résultat avec l’original qui met en lumière ces différences, celles-ci ne portant parfois que sur une ou deux couleurs seulement. Tout le problème est là !

Beaucoup d’éléments vont entrer en ligne de compte pour obtenir une reproduction des couleurs correctes. Mais grand public et professionnels n’auront pas le même objectif. Les premiers se contenteront d’un résultat global alors que les seconds rechercheront la précision, la reproduction parfaite. Il sera alors nécessaire d’investir dans des outils de calibration et de maîtriser tout le processus des espaces couleurs. Un thème qui ne sera pas abordé ici, celui-ci demandant à lui seul la rédaction d’un dossier complet.

Dans cet article, nous en resterons donc à la méthode globale. 

Notions de base

Le nombre d’éléments ayant une influence, (plus ou moins grande) sur les couleurs d’une photo est très important. On peut en dresser la liste suivante :

  • Le sujet : l’éclairage  (*)
  • L’appareil photo : l’objectif – le capteur – le processeur – le format de fichier – son espace couleurs (*)
  • La post production : le processeur de l’ordinateur – le logiciel de retouche (*) – l’écran – leurs espaces couleurs (*)
  • L’impression : l’imprimante – le papier – l’encre – son espace couleurs (*)
Le processus de reproduction en photographie

Dans le processus de reproduction, chaque composant a une influence,
même minime, sur le résultat couleurs

Ces éléments peuvent se classer en deux catégories :

  1. Ceux pour lesquels il est possible d’intervenir. (Ils sont marqués d’une*)
  2. Ceux pour lesquels il n’est pas possible d’intervenir sauf à investir dans des outils spécifiques.

En dehors d’une approche professionnelle, les solutions seront assez simple à mettre en place. Elles sont fondamentales pour obtenir un résultat correct. On interviendra sur l’éclairage, les espaces couleurs et le logiciel de retouche, la charte de gris à 18% (1) étant une aide précieuse.

(1) Voir les explications dans le paragraphe “Post production”

A l’image du maçon qui ne pourra pas construire une maison si les fondations ne sont pas correctes, il ne sera pas possible (ou très difficile) d’obtenir une bonne reproduction des couleurs si la prise de vue n’est pas effectuée dans les règles de l’art.

Tout commence avec l’éclairage.

L’éclairage : le rôle de la lumière

Le premier élément à prendre en compte est la lumière.

 

Le rendu couleurs change avec la position du soleil.

Le rendu des couleurs varie en fonction de la distance entre la terre et le soleil

Selon l’état de l’atmosphère, les saisons, l’heure, le lieu, l’altitude, la lumière naturelle change, ce qui a une incidence sur le rendu des couleurs. Par convention on appelle “lumière naturelle” la lumière moyenne du soleil, au milieu de la journée, par temps clair.

Pour être précis, on considère que la lumière est dite “naturelle” ou “du jour” lorsque sa valeur °K (température de couleur) se situe entre 5400 et 6500 :

  1. 5400 ° Kelvin correspond à une lumière solaire en fin de journée l’hiver. C’est une lumière plutôt chaude.
  2. 6500 ° Kelvin correspond à une lumière solaire à midi en juin. C’est une lumière plutôt froide.

Aujourd’hui les ampoules à Led type lumière du jour sont une très bonne alternative. La valeur °K change en fonction des fabricants. Choisissez une valeur située entre 5400 et 6500.

Toutes les autres sources de lumière sont inadaptés, temps couvert, haute montagne, lumière artificielle, néon, lumière du jour via une fenêtre etc. La reproduction de certaines couleurs ne sera pas correcte et le rattrapage via le logiciel de post production sera très difficile voire impossible.

La prise de vue

Avant toute chose, il est très important d’assurer une cohésion couleurs entre tous les éléments qui entrent dans le processus de reproduction. Cela se fera très simplement en enregistrant (quand c’est possible) l’espace couleur sRVB (profil sRVB IEC61966-21). Ce réglage s’effectue via la fonction “Gestion des couleurs” qui se trouve dans le menu de l’appareil Photo ou du logiciel de retouche et dans le panneau de configuration du PC (pour l’écran).

On ne mettra pas en place la même méthode de travail selon que l’on effectuera des prises de vue occasionnelles (débutant) ou au contraire très régulières. (expert)

Débutant / Confirmé : Prise de vue occasionnelle

Logo : exemple de prise de vue Elle pourra se faire à main levée. A l’intérieur, un lampadaire à arc est parfait pour les petits formats. Il suffira d’être vigilant sur la qualité de la lumière et sa répartition sur le sujet. La position de l’appareil photo devra être bien plan pour éviter les déformations. Si le sujet est de grande dimension, il sera difficile d’avoir une bonne répartition de lumière sans investir dans un mini studio. Avec une lumière naturelle correcte, l’extérieur est alors une très bonne solution. Il faudra juste se méfier des lumières parasites comme celles réfléchies par un élément coloré à l’instar d’un mur en crépi.

La reproduction couleurs d'une broderie

Cette prise de vue est très facile à faire.
La composition est posée sur une simple table, éclairée par un lampadaire à arc (Led lumière du jour) qui est situé au dessus. Les couleurs correspondent à l’original.

Pour faciliter le travail de post production, je vous conseille d’acquérir pour quelques euros une « Charte de gris à 18% » (1) qui vous permettra de visualiser rapidement la qualité des couleurs et éventuellement les corriger avec le logiciel de retouche. Dans ce cas vous réaliserez deux photos, une avec la charte, l’autre sans.

(1) Voir les explications dans le paragraphe “Post production”

Confirmé / Expert : Prise de vue multiple ou régulière

Si vous devez effectuer très régulièrement ce type de photos, il est nécessaire de rendre la prise de vue reproductible. Cela facilitera beaucoup votre travail de post production, le rendu couleurs étant au fil de temps très régulier. Les conditions de prise de vue doivent rester inchangés : l’ensemble du matériel (cité dans la liste du § “Notions de base”) doit absolument être identique. Coté lumière, la prise de vue extérieure ne convient pas, du fait de son incessant changement. L’investissement d’un mini studio est donc obligatoire (à partir de 40,00 €)


Cette offre fait partie du programme d’affiliation d’Amazon. En utilisant ce lien, vous me permettez d’obtenir une commission sur votre achat (sans supplément de prix pour vous) et ainsi de faire vivre ce blog, son contenu étant  totalement gratuit.

Enfin, pour rendre votre prise de vue reproductible, il faut effectuer un plan du studio, afin de pouvoir repositionner les éléments au même endroit. Les conditions de la prise de vue devront respecter les règles décrites ci-dessous :

Préparation du studio de prise de vue

Photographier un tableau en studio

Schéma de gauche : Le principe de base
Les deux parapluies doivent être installés verticalement et les lampes placées à mi hauteur du tableau. L’objectif de l’appareil photo doit être positionné de niveau par rapport au centre du tableau. De cette manière, la répartition de la lumière sera uniforme, les déformations évitées.
Schéma de droite : plan de prise de vue
Les deux parapluies doivent être installés à 45° (Angle par rapport au centre du tableau). Ils doivent être à la même distance, celles-ci devant être notées sur le plan. Ainsi, vous pourrez les replacer au même endroit lors de la prochaine séance.

La répartition de lumière est un point important car si certaines parties reçoivent plus ou moins de lumière, cela affectera l’aspect des couleurs, au même titre qu’en extérieur une couleur change selon qu’elle se trouve à l’ombre ou au soleil. Il en est de même pour les déformations éventuelles liées aux effets de perspective. Le traitement post production permettant de  rattraper les fuyantes aura une légère incidence sur les couleurs, autant l’éviter.

L’exposition ne doit pas être influencée par la densité générale de l’œuvre. Toute variation du temps de pose aura aussi une incidence sur les couleurs, même minime. La  solution passe par l’acquisition d’une charte de gris à 18% (1). Elle sera utilisée pour prendre le mesure de l’exposition, (visée sur la charte en mode spot).

Pour obtenir la meilleure définition, n’oubliez pas de régler l’ISO à 200 et l’ouverture F/8 ou F/11. C’est en principe à ces ouvertures que les objectifs offrent la meilleure résolution. L’appareil étant sur pied, le temps de pose n’a aucune importance.

Enfin réalisez deux prises de vue, une avec la « Charte de gris à 18% » (1) l’autre sans. Travaillez en Raw afin de pouvoir ajuster la température couleur de la lampe Led que vous utilisez.

(1) Voir les explications dans le paragraphe “Post production”

La post production

Gris à 18%

Modèle Kaavie
vendu sur Amazon

La charte de gris à 18%
Cette charte a la particularité de renvoyer 18% de la lumière qu’elle reçoit, ce qui correspond à la densité moyenne d’un sujet, quel qu’il soit. Ici, l’utilisation de cette charte est intéressante car elle permet d’effectuer une mesure très précise de l’exposition. Elle évite donc l’influence du tableau qui peut être plus ou moins dense. Cette charte est un gris moyen, cela signifie que sa densité se positionne au centre de l’échelle qui va du blanc au noir. Elle évite aussi toute sous ou sur-exposition. Ce gris moyen est mesurable : La valeur absolu RVB est de 128.128.128. La valeur en pourcentage en RVB est de 50.50.50. Les logiciels comme Photoshop ou Lightroom permettent de ramener, avec leur outil ” Pipette”, ce gris aux valeurs de référence, ce qui facilite grandement la correction couleurs

Prise de vue occasionnelle
En comparant visuellement la charte de gris de la photo à l’original, vous pourrez voir si votre photo a les bonnes couleurs. Si le gris à une légère dominante, vous pourrez le corriger facilement en utilisant un logiciel de retouche. (2)

Prise de vue multiple ou régulière
Si les conditions de prise de vue décrites ci-dessus sont respectées, le résultat sera très proche de l’original. L’outil “Pipette” va vous permettre de d’appliquer une valeur neutre ” 128.128.128 ” à la charte de gris, ce qui constitue une première correction efficace. Il vous restera, éventuellement, à finaliser les corrections de certaines couleurs (2)

(2) Les logiciels de retouche d’entrée de gamme proposent des réglages couleurs basiques, constitués uniquement des 3 curseurs de base : Bleu, Vert, Rouge. Les applications haut de gamme comme Photoshop ou Lightroom, propose d’agir individuellement sur 8 curseurs, Rouge, Orange, Jaune, Vert, Bleu-vert, Bleu, Pourpre, Magenta, ce qui facilite beaucoup la correction d’une couleur précise.

Le résultat final

LogoMalgré la rigueur mise dans la manière de photographier une toile, il est probable, que certaines couleurs, même si elles se rapprochent de l’original, ne correspondent pas exactement à celui-ci. Cela est du aux espaces couleurs. Les éléments comme les capteurs ou les écrans ne peuvent pas toujours retranscrire correctement l’ensemble de la gamme couleur. Ils vont être capable de reproduire correctement, par exemple le bleu, et pas le rouge. Ce sont notamment toutes les couleurs pastels (très claires et proches du gris) qui sont très sensibles au variation. Au contraire les couleurs denses et saturées ne le sont pas.

La seule solution est donc de créer un profil spécifique à cette prise de vue. Un travail coûteux qui nécessite d’investir dans des chartes, sondes et autres thermo colorimètres. Cela permet de mesurer un grand nombre (3) de plages couleurs et de créer un fichier (le profil) qui va permettre de compenser la différence de telle ou telle couleur. C’est un autre monde.

Jean-Claude

Reproduction des textes
Le contenu des articles ne peut être copié et diffusé qu’à certaines conditions :
– Tout texte doit être reproduit sans aucune modification.
– Chaque page doit contenir la mention “Copyright techniquesphoto.fr” sous forme de lien renvoyant à la page source.
– Ce document ne doit pas être utilisé dans un but lucratif.
– (2) Les logiciels de retouche d’entrée de gamme proposent des réglages couleurs basiques, constitués uniquement des 3 curseurs de base : Bleu, Vert, Rouge. Les applications haut de gamme comme Photoshop ou Lightroom, propose d’agir individuellement sur 8 curseurs, Rouge, Orange, Jaune, Vert, Bleu-vert, Bleu, Pourpre, Magenta, ce qui facilite beaucoup la correction d’une couleur précise. 
– (3) Ce nombre peut aller d’une dizaine à plus d’une centaine de plages couleurs en fonction du degré de précision voulu.
Ce contenu a été publié dans Méthode, Photo numérique, Prises de vue, Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.