Tirages photos : Argentique ou Jet d’encre ?

vant-propos :
Ce dossier comparatif, entre l’argentique et le jet d’encre, ne traite que des tirages réalisés par les laboratoires de façonnage. Il n’inclut pas ceux fait par des imprimantes personnelles, hauts de gamme ou grande largeur. Un comparatif entre ces diverses techniques fera l’objet d’un prochain article.

Introduction

Aujourd’hui, les photos que vous commandez à un laboratoire sont tirées, soit sur du papier argentique, soit sur du papier jet d’encre (1), deux technologies qui cohabitent sur le marché du tirage papier. Ces deux techniques, très différentes l’une de l’autre, peuvent amener à se poser quelques questions:

  1. Quel est le papier qui donne le meilleur résultat ?
  2. A quel prix ?
  3. Ce choix a-t-il diverses incidences ?
Tirage Jet d'encre ou argentique

Jet d’encre ou Argentique ?

La transition du numérique débute de manière confidentielle vers 1995 avec l’arrivée des premiers appareils grand public. Vers 1999, les premières machines numériques arrivent sur le marché. Elles sont conçues sur la technologie du moment, c’est à dire le papier argentique. Année après année, la qualité de ces tirages s’améliore pour arriver à un bon niveau lorsque les premiers reflex apparaissent en 2003 (Canon 300D). Celle-ci a ensuite beaucoup évolué pour aboutir aujourd’hui à une impression de grande qualité, notamment grâce à la technologie du laser. L’argentique est considéré par beaucoup comme une référence.

La première machine de production en jet d’encre est arrivée en France en 2004. Dès le départ, La technologie a eu du mal à convaincre les professionnels et le grand public. Une situation due essentiellement à une reproduction décevante de certaines couleurs comme le vert ainsi qu’aux lignages créés par la tête d’impression. Cette mauvaise image a poursuivit ce procédé pendant des années.

  1. Mais aujourd’hui, qu’en est-il ?
  2. Les choses ont-elles réellement changées ? 
Note technique :
(1) Les papiers argentiques sont essentiellement fabriqués sous les marques Fuji et Kodak. Ils sont reconnaissables via les inscriptions suivantes : “Kodak Royal” ou “Fuji Prestige” qui se trouvent au dos de la photo. Ils sont plus épais et souvent sur papier brillant, le jet d’encre étant en semi-mat et, en principe, non marqué au dos.

 

Les différences technologiques

La formation de l’image

Argentique et Jet d'encre à la loupe

Argentique / Jet d’encre

En regardant un tirage argentique de près (à la loupe), on ne verra ni ligne, ni point. L’image est formée par des cristaux de bromure d’argent qui sont incorporés de manière hétérogène dans de la gélatine. C’est ce qui fait la qualité de ce type de tirage, ses nuances, ses aplats, sa netteté.

Pendant très longtemps, le jet d’encre n’a pas su reproduire cette technique, les images étant formées de points visibles. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. La technologie permet d’introduire dans le papier des gouttes d’encre de couleur (bleu, vert, rouge et noir) d’une taille de 1,5 picolitres (2). Ces encres sont translucides, une fois dans le papier, elles vont s’étendre et se mélanger entre elles pour former les couleurs de l’image. On peut dire que cette technique reproduit le système argentique.

La qualité d’impression du jet d’encre s’est donc hissée au niveau de l’argentique.

Note technique :
(2) -1 picolitre (pl) est 1000 fois plus petit qu’un millilitre (ml)

La reproduction des couleurs.

Argentique et Jet d'encre : les différences

Sur un tirage argentique, le révélateur provoque un voile de fond
légèrement jaune que l’on aperçoit très bien sur les marges.

Sur cette question, les deux procédés n’offrent pas le même résultat. D’un coté, l’argentique est un processus de réaction physico-chimique, de l’autre, le jet d’encre est un système d’impression, une logique de “fabrication” à partir d’une feuille blanche. Chacun des deux ont des avantages et des inconvénients :

  • Les Hautes lumières : (Tons clairs) Le jet d’encre imprime sur un véritable blanc. Pour l’argentique, l’émulsion donne un blanc un peu plus dense avec parfois une très légère dominante “jaune”. Cela est du à l’action de la chimie (3) qui provoque une réaction naturelle que l’on appelle “le voile de fond”. Résultat : le jet d’encre offre un contraste plus important, les photos sont plus lumineuses, les couleurs plus saturées. L’argentique, moins contrasté, perdra d’infimes détails dans les tons très clairs. Ici, l’avantage est très nettement au Jet d’encre.
  • Les Basses lumières (ombres) : En contre partie, l’argentique aurait tendance à donner de meilleurs résultats, offrant plus de détails dans les ombres. Mais le 
  • Plus de douceur pour le tirage argentique

    Plus de douceur sur l’argentique (droite)

    laboratoire en charge du tirage jet d’encre pourra améliorer ce problème en éclaircissant les noirs trop denses. L’argentique garde un léger avantage.

  • Les aplats : Ici, l’argentique est beaucoup plus performant. Sa capacité à reproduire toutes les tonalités d’un aplat intéresse, par exemple, les portraitistes qui ne travaillent pas sur du jet d’encre. Celui-ci ne donne pas toujours un bon résultat sur les nuances d’éclairage d’une peau : avantage très net à l’argentique
  • L’espace couleurs (4) : C’est un point clé. L’un et l’autre vont reproduire une certaine gamme de couleurs. Mais, le jet d’encre est beaucoup plus performant, son espace couleurs étant beaucoup plus grand. Cela signifie qu’il sera capable de reproduire des couleurs qui sont inaccessibles à l’argentique.
  • Le Noir & Blanc : Ici c’est très simple : il est quasi impossible d’avoir un tirage Noir Le Noir et Blanc en argentique et Blanc de qualité sur un papier couleur. Le passage en chimie donnera toujours une légère coloration du tirage alors que le jet d’encre réalisera des tirages avec une gamme de gris de grande qualité.

Résultat : En dehors de la reproduction de certaines nuances, le jet d’encre délivre une qualité de tirages bien supérieure.

Note technique :
(3) Une chimie de mauvaise qualité accentue fortement ce phénomène.
(4) Expliquer l’espace couleurs demanderait un article complet. Pour faire (très) simple, on dira que c’est un peu comme les photos prises par temps couvert ou ensoleillé. L’une aura une gamme couleurs beaucoup plus faible (couleurs ternes) que l’autre (couleurs éclatantes).

Conservation / Fragilité

Conservation (avantage jet d’encre)

Les cristaux d’argent sont sensibles à la lumière (puisqu’ils noircissent à l’issue d’un développement). On peut dire que la lumière fragilise le tirage dans le temps, surtout si le traitement chimique n’est pas dans les normes (5). Les  tirages couleurs ont donc une durée de vie assez courte, environ 35 ans (6). Les tests qui ont été réalisés sur le jet d’encre prévoient une conservation au-delà de 100 ans.

Fragilité : (Avantage argentique)

La gélatine, qui contient les sels d’argent, est beaucoup moins sensible aux abrasions que le jet d’encre. Ce dernier est beaucoup plus fragile.

Note technique :
(5) Les émulsions argentiques doivent être parfaitement fixées. Le bain “fixateur” a pour objet de dissoudre les sels d’argents résiduels (qui n’ont pas été utilisés). De plus, elles doivent être parfaitement “lavées” à l’eau claire (+ agent mouillant), pour éliminer les sels en question. Il peut arriver que ces deux étapes ne soient pas dans les normes, entraînant à terme une dégradation beaucoup plus rapide de la photo. Un phénomène qui n’est pas rare dans les laboratoires industriels compte tenu des vitesses de production.
(6) Ce n’est pas le cas des photos noir et blanc. Il suffit de comparer les photos NB des arrière-grands-parents aux photos couleurs des années 90.

Aujourd’hui, qui produit quoi et à quel prix ?

Aujourd’hui, Le prix de vente d’un 10×15 cm se situe entre 0.19 € et 0,30 € en fonction des quantités commandées, du papier utilisé et du mode de production. Le coût de fabrication du 10×15 cm est plus important pour le jet d’encre que pour l’argentique (Environ 0.02 € de différence pour un volume moyen).

Qui produit l’argentique ?

Minilab Argentique Noritsu

Laboratoire industriel (argentique)

Les laboratoires industriels : ce type de structure peut traiter plus de 2 milliards de photos par an. C’est le cas de l’un des derniers laboratoires en activité. Il centralise une grande partie des productions européennes provenant des hypermarchés ou des grands sites Web. Un rapide calcul (0.02 € x volume) nous permettra de comprendre pourquoi ceux-ci ne travaillent qu’en argentique. Sur le plan production, le traitement est industrialisé, aucun contrôle visuel n’est effectué. La qualité est parfois très discutable. Le prix de base se situe au alentour de 0,19 €

Les laboratoires locaux (minilabs ou photographes). Aujourd’hui, ils sont environ 1 000 répartis sur le territoire français. Environ la moitié sont encore en argentique, mais beaucoup sont dans une démarche de renouvellement matériel en jet d’encre. Les productions étant plus faibles, (entre 200 et 500 000 tirages par an), l’incidence du coût de revient est beaucoup moins importante. La qualité est prioritaire, la production est intégralement contrôlée visuellement. Le prix est légèrement supérieur, entre 025 et 0.30 €

Qui produit le jet d’encre ?

Minilab Jet d'encre Noritsu Green II

Noritsu Green II

Les laboratoires locaux (minilabs ou photographes). Par déduction, c’est donc la deuxième moitié des laboratoires locaux qui s’est déjà équipée en technologie jet d’encre, soit environ 500 unités en France.Coté productions et prix, on est dans le même schéma que ci-dessus, un contrôle visuel et un prix identique à l’argentique

 

 

L’avenir 
La fin de l’argentique ? L’avènement du jet d’encre ?

La production argentique pose de sérieuses contraintes écologiques engendrées par l’utilisation des chimies.

Jusque dans les années 2000, la quantité de chimie utilisée par les laboratoires étaient très importantes ; plusieurs centaines  à plusieurs milliers de litres par an et par magasin (plus de 10 000 points de vente en France). Toutes ces chimies, dont certaines comportaient des résidus de sels d’argent, étaient évacuées avec les eaux usées. Je vous laisse imaginer les répercutions écologiques.
Cette pratique est aujourd’hui interdite. La livraison des chimies neuves est maintenant très encadrée, celles qui sont usées doivent être dépolluées. Les industriels ont les moyens de mettre en place des mini-centres de traitement, mais pas les petites structures. A cela s’ajoute, une grande consommation d’eau et d’électricité car en argentique les photos sont développées dans des bains à 34°, lavées et séchées.

L’équilibre économique du tirage argentique devient donc très précaire pour les petites et moyennes entreprises. Le coût d’exploitation ajouté au prix élevé des machines (notamment à cause du laser) rend très difficile le renouvellement du matériel en argentique. Pour les petits laboratoires, le jet d’encre  devient alors une évidence, grâce aux avantages suivants :

  1. Un investissement moindre correspondant à leurs niveaux de production.
  2. Un coût d’exploitation plus faible.
  3. Une meilleure qualité de production.
  4. Un prix de vente sensiblement identique.
  5. Et la satisfaction d’œuvrer pour la protection de la planète.

Le coût de revient de l’argentique ne cesse d’augmenter alors que celui-du jet d’encre diminue. Peut-on donc prévoir la fin de l’argentique ? Sur le principe, on peut dire oui mais en pratique, pour les raisons expliquées plus haut, l’industrie du photofinishing n’est pas prête à l’abandonner : rentabilité oblige.

Conclusion

On le voit, argentique et Jet d’encre sont deux méthodes de production diamétralement opposé. Elles génère deux stratégies commerciales très différentes :

  1. Les premiers cherchent les gros volumes. Ils ont des prix d’appel alléchant (0,07 €) via une commande de packs importants, souvent indivisibles. Cela incite le consommateur à faire tirer d’innombrables photos, y compris celle qui n’ont pas beaucoup d’intérêt. Est-ce vraiment une économie ? 
  2. Les seconds sont plutôt dans une démarche de qualité en visualisant et optimisant chaque photo (7). Ne sont tirer que les prises de vue intéressantes, les autres étant laissées de coté. Pour un même prix, ne vaut-il mieux pas avoir moins de tirage et de bien meilleure qualité ?

A chacun de décider en choisissant le bon laboratoire. En ce qui me concerne, je préfère être dans l’ère du temps : privilégier la protection de la planète, le made in France, le commerce local, sans transiger sur la qualité.

Note technique :
(7) Le contrôle individuel des photos me semble être une absolue nécessité. Il ne faut pas oublier l’influence d’un écran sur un rendu couleurs. Il est très fréquent d’avoir une photo correcte sur un écran et plus dense (plus claire ou avec une dominante) sur un autre.  Lors du tirage, seul le contrôle visuel permet de gérer ces écarts. Les productions industrielles peuvent produire des tirages dont la qualité est très éloignée de ce que vous aviez à l’écran. 

Jean-Claude ROMON

 


60 ans d’histoire du tirage papier.

  • Jusqu’en 1960 : le grand public (mais aussi les professionnels) réalisaient les photos en Noir et Blanc. Chaque boutique avait son laboratoire, souvent équipé de petite machine semi-automatique. Je me rappelle mon premier stage, en 1965. Les photos étaient tirées par bandes de 4 (environ 50 cm de long). Ensuite, il fallait rouler, à la main, la bande de papier dans un sens puis dans l’autre dans une cuvette de révélateur, puis dans les autres produits. C’était un peu la préhistoire.
  • Vers 1965 : la couleur se démocratise. Une première révolution technique qui demandait un investissement important, hors de porté des photographes. Certains se sont regroupés pour monter leur laboratoire mais n’ont pas pu résister à l’arrivée des unités industrielles qui se sont rapidement emparées du marché reléguant, le photographe à une “simple boite à lettre”.
  • En 1982 : la technologie permet de fabriquer de très petites machines couleurs entièrement automatiques. Certains se rendent compte que le temps de traitement d’un film couleur correspond exactement au temps passé par le consommateur pour faire ses courses dans un hypermarché. Le minilab 1h est né. On dépose le film à l’entrée, on le reprend à la sortie.
  • En 1995 : les premiers appareils photos numériques arrivent. Cela révolutionne la prise de vue, mais pose un problème, car aucune technologie ne permet de produire en grande quantité les tirages papier.
  • En 1999 : la première tireuse capable d’imprimer des fichiers numériques arrive sur le marché. On est très loin de la qualité donnée par un négatif, les professionnels ne se précipitent pas, la profession ne croit pas à cette évolution. Elle est persuadée que le consommateur ne pourra jamais se passer d’un tirage papier de qualité. Grave erreur, y compris de la part des plus grands fabricants. Ce sera le début de la fin, qui conduira à la fermeture de milliers de boutiques. Entre 2000 et 2018 leur nombre  passe de 10 000 à 1000 !
  • En 2004 : la première machine jet d’encre arrive sur le marché avec la qualité décrites ci-dessus.
  • En 2010 : les techniques d’impression évolue, la qualité de tirage  s’améliore très nettement, mais le jet d’encre peine à rattraper l’argentique, aujourd’hui encore, certains professionnels ne veulent pas en entendre parler.
  • En 2017 : la qualité du jet d’encre dépasse celle de l’argentique sur de nombreux points.
  • Futur proche : les problèmes écologiques posés par les chimies vont-ils signer la fin du procédé argentique ? Je pense qu’il faudra encore attendre quelques années.
 
Ce contenu a été publié dans Evolution technique, Tirage papier, Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.