Portrait : les bases de l’éclairage

1- Les bases générales
2- Eclairage du portrait
3- Modification de l’aspect du visage
4- Quelques exemples et leurs commentaires

En extérieur, en intérieur ou en studio, il existe de multiples façons de faire un portrait. Sa réussite, en dehors de son coté expressif, passe par le bon rendu des volumes, ceux-ci étant constitués par l’éclairage. En lumière naturelle ou artificielle, les façons de l’utiliser sont très nombreuses mais toutes reposent sur des fondamentaux. Des bases qui constituent le point de départ de tous types de prise de vue.

1- Les bases générales

Les différentes sortes d’éclairage.

On peut classer les éclairages en trois catégories :

  1. Le primaire : Il permet de gérer les hautes lumières et a pour effet de définir les principaux contours et volumes du sujet. 
  2. Le secondaire : Il est en charge des ombres et vient toujours en appui de la lumière principale. Il ne doit surtout pas se substituer à lui, c’est à dire avoir une luminosité supérieure à cette dernière. La luminosité ambiante peut assurer cette fonction, tout dépend des conditions de prise de vue.
  3. Les additionnels : Ils sont souvent la source d’une certaine originalité. S’il y a plusieurs éléments, chacun aura alors un rôle très précis : par exemple, une lumière rasante sur une épaule. En aucun cas, ils ne doivent parasiter les deux premiers éclairages, au risque de perdre en qualité.

Eclairage principal : les diverses possibilités

L’aspect général général du sujet dépend dans une grande mesure de la direction de la lumière primaire. On dénombre 5 directions différentes.

Photo N° 1 – Les différentes possibilités d’éclairage

  1. Lumière éclairant le sujet de face : écrase le relief et donne, surtout en noir et blanc, une image plate. (Ne peut pas être un éclairage primaire – sauf pour le high key)
  2. Lumière frontale : correspond à la position soleil, lorsqu’il est au zénith, face au sujet. Elle accentue les ombres vers le bas. (Demande un éclairage secondaire)
  3. Lumière à 45° : lorsque la lumière principale éclaire le sujet un peu au dessus et à 45° par rapport à l’axe optique, on obtient un relief agréable. C’est l’éclairage primaire classique. (Il peut se suffire à lui-même)
  4. Lumière tangentielle ou de coté : souligne tous les reliefs du sujet. Les ombres s’allonge, mettant en valeur le structure de la matière. (Demande un second éclairage qui peut-être primaire ou secondaire)
  5. Lumière arrière : Selon que la lumière provient légèrement de coté ou derrière le sujet (face à l’appareil), on obtiendra un semi contre-jour ou un contre-jour. Ces éclairages donnent un violent contraste à l’image. Ils soulignent les contours, (silhouette) mais laissent dans l’ombre toutes les parties du sujet qui sont face à l’appareil. (Demande un second éclairage qui peut-être primaire ou secondaire)

Ces éléments sont des principes simples et applicables à toutes les prises de vue. Ensuite, chacun pourra décliner d’autres modèles d’éclairage notamment pour le portrait.

La mise en pratique

Les conditions de prises de vue, et surtout la luminosité ambiante, vont fortement impacter la manière de gérer l’éclairage principal.

  • En extérieur, il faudra placer le sujet dans la bonne position par rapport au soleil et éventuellement attendre qu’il soit bien placé.
  • En intérieur, il faudra décider quel sera l’éclairage principal : fenêtre, flash, lumière artificielle, etc.
  • En studio, c’est la position des sources lumineuses elles-mêmes qu’il faudra régler.

On décidera ensuite, s’il y a lieu d’ajouter un éclairage secondaire ou non : flash, réflecteur ou autre source. Concernant les lumières additives, en principe, elles ne sont possibles qu’en studio.

Haut de la page

2- Le cas du portrait

Bien que la créativité, en matière d’éclairage, soit sans limite, le portrait répond à des règles très précises. Encore une fois, ces bases ne sont que le point de départ à l’élaboration d’autres combinaisons. Les ignorer rendra beaucoup plus difficile sa réalisation.

Photo N°2 – L’éclairage de base d’un portrait.

Le point fondamental étant la bonne reproduction du volume du visage, celui-ci devra être généré par l’éclairage primaire. Il peut être placer à 45° (légèrement en hauteur, sur le coté), en arrière (type semi contre-jour) ou de coté. Les lumières frontales ou de face sont sont réservées aux effets spéciaux. Le modèle classique reste celui où l’éclairage primaire est placé à 45°. Il doit permettre l’éclairage des deux yeux via la création d’une zone de haute lumière en forme de triangle (comme indiqué sur la photo N°2). Cet éclairage est simple à mettre en place et donne un très bon résultat. C’est le réglage de l’éclairage secondaire qui donnera l’aspect final du portrait

L’éclairage secondaire sera réglé en fonction de la luminosité ambiance. Avec une source primaire douce et une luminosité ambiante importante, l’ajout d’une source supplémentaire est quasiment inutile. Au contraire, une source puissante, dans un environnement sombre, demandera un complément important. En pratique, en fonction des situations, l’ajout de cet éclairage se fera avec un simple réflecteur, l’utilisation du flash intégré de l’appareil photo, un mur blanc, une lumière artificielle, etc. 

Haut de la page

3- Modification de l’aspect du visage

Lorsqu’on réalise un portrait, on doit décider de l’aspect que l’on veut donner au visage. Il n’existe que deux possibilités : soit on l’amincit, soit on lui donne du volume, tout dépend de l’espace occupé par l’éclairage primaire et celui occupé par l’éclairage secondaire, comme le montre le comparatif N°3

La façon d’éclairer un visage influe sur son volume.
Ici le visage de la photo de gauche apparaît aminci par rapport à la photo de droite 

Pour renforcer le volume d’un visage, il est nécessaire que la surface occupée par les hautes lumières soit beaucoup plus importante que celle occupée par les basses lumières. En pratique, on la placera sur le premier plan. (photo de droite).
Pour amincir un visage, on procédera au réglage contraire, c’est à dire que les basses lumières occuperont, cette fois-ci, l’espace le plus grand. Elles seront donc placées sur le premier plan (photo de gauche).

Haut de la page

4- Quelques exemples et leurs commentaires

 

Eclairage standard (45°)

Voici une prise de vue qui respecte parfaitement le volume du visage. La lumière forme le triangle classique en éclairant  les deux yeux. L’éclairage secondaire est assez faible, afin d’avoir une ombre qui permet de l’amincir le portrait


Eclairage standard (45°)

Une photo de bébé demande une lumière douce mais pas “plate”. L’éclairage primaire est légèrement plus puissant que le secondaire. On distingue toujours le triangle en question.


Eclairage de face

Ici, l’éclairage est de face, en hauteur. Cela aplatit le visage et forme une ombre sous le menton. Le volume est totalement absent malgré un cadrage et un fond intéressant. 


Eclairage de coté

Sur cette prise de vue, la lumière arrive légèrement de coté. La luminosité ambiante étant importante, l’ajout d’une lumière complémentaire est inutile. Nous sommes toujours dans un modèle d’éclairage standard.


Eclairage de coté

Nous sommes dans la même configuration que ci-dessus, mais la lumière est plus puissante et encore plus de coté. Le nez forme une ombre qui casse le “triangle”, ce qui n’avantage pas ce portrait. Le sujet aurait du pivoter légèrement sur sa gauche.


Contre jour

Cette lumière arrière et de face souligne les contour de la petite fille. Ici l’éclairage complémentaire (flash intégré) est indispensable afin d’obtenir les détails du visage. Celui-ci manque de contraste, mais le volume est créé par le contre jour.


Lumière tangentielle

Pour cette prise de vue, l’éclairage principal est placé de manière à générer un semi contre-jour. Il a pour objectif de créer le volume général du sujet. Encore une fois, celui-ci est créé par l’éclairage de la face avant du visage. A noter que ce type de lumière met en valeur la structure de la peau. 


Lumière additionnelle

Ici la lumière additionnelle, positionnée en arrière, est absolument indispensable pour détacher des cheveux de couleur noir, placés sur un fond également noir. Réalisé en studio, le réglage doit être très précis. La réalisation en extérieur est assez difficile.


Jean-Claude ROMON

 

Copyright 2018
Le contenu des articles ne peut être copié et diffusé qu’à certaines conditions :
– Tout texte doit être reproduit sans aucune modification.
– Chaque page doit contenir la mention “Copyright techniquesphoto.fr” sous forme de lien renvoyant à la page source.
– Ce document ne doit pas être utilisé dans un but lucratif
Source photos :
Toutes les photos de portrait provienne du site Pixabay.fr
La photo N°1 a été réalisée par J. Pierre
Haut de la page
Ce contenu a été publié dans Analyse de prise de vue, Photo argentique, Photo numérique, Prises de vue, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *